luminiselecti-labiblidemomiji

Une secte européenne fait enlever pour des raisons obscures des jeunes femmes bien ciblées à travers toute l’Europe. Ces jeunes femmes ont toutes un point en commun. Sans le savoir, elles représentent une quête essentielle pour l’avenir des membres de la secte, les Luminis Electi…

Avant tout, merci à Emilie et aux éditions du Chemin qui m’ont contactée pour découvrir ce livre et écrire un avis dessus.

Je vais aller droit au but : je n’ai pas aimé. C’est rare quand j’ai un avis aussi catégorique mais trop de points négatifs relevés m’empêchent d’avoir une opinion moins tranchée.

Avant toute chose, et là, c’est la puriste qui parle, ce n’est pas possible de laisser imprimer une maquette aussi mal faite. Des incohérences, des phrases dont la moitié est ramenée à la ligne…Je ne rentrerai pas dans les détails trop nombreux à mentionner, mais c’est très perturbant pour le lecteur. Mauvais point donc. D’autant plus quand on édite son livre dans sa propre maison…

J’ai trouvé l’écriture un peu bâclée, on a l’impression que ce livre a été écrit vite, trop vite et surtout que l’auteur ne sait pas trop où il veut en venir. On nous parle de 7 volumes mais on sent que les fondations ne sont pas solides, que tout sort du chapeau au fur et à mesure.

Le thème du livre est intéressant à la base, mais les personnages et nos héroïnes manquent de consistance et parfois des caractéristiques contradictoires sont présentées à leur sujet au fil des chapitres. Je n’ai pas trop aimé la récupération et le travestissement trop évident du mouvement des Femen, qui devient « Women », le changement à peine masqué de noms d’hommes politiques, mettre « le Guide Gachelin » pour le guide Michelin…C’est un peu lourd. J’ai trouvé par ailleurs que le livre rappelait trop des ouvrages comme Da Vinci Code avec l’ordre des Filles des Templiers, les Congrégations etc. J’ai trouvé que certains passages du livre, notamment ceux relatifs aux relations amoureuses des héroïnes étaient mièvres, mal rédigés et s’éternisaient sans raison.

Surtout, je ressors de cette lecture et ne la trouvant pas du tout crédible à bien des égards. Je pourrai citer beaucoup d’exemples à l’appui mais je vais me contenter d’un petit échantillon : le plus électrisant est que tout est trop manichéen, il y a les totalement gentils et les totalement méchants, les filles et garçons beaux comme des dieux vs les moches et bêtes. D’autres exemples ? La secte semblerait vivre sur un immense territoire, le Grand Val, au su et au vu de tous, mais où aucune autorité n’oserait pénétrer, mouais…on nous parle d’équipes surentraînées pour kidnapper les proies du gourou, il ne faut pas exagérer, elles se mettent parfois à plusieurs pour courser une fille…une des héroïnes tenterait de passer au lycée son bac pour la troisième fois, dans mes souvenirs, on vous laisse retenter une fois votre terminale, sinon après c’est en candidat libre. Je viens de citer les deux trois premiers qui me passent par la tête mais il y en a plein d’autres. Ensuite, on nous parle de thriller haletant mais dès le premier tome, on sait quels protagonistes sont derrière tous les meurtres, bof pour le suspens. Enfin, plusieurs chapitres qui se terminent tous de la même manière, j’imagine toujours pour le suspens. Ca ne prend pas, désolée.

L’auteur le confesse en postface, il l’a écrit en trois semaines. Il aurait peut-être fallu prendre un peu plus de temps, et se faire relire davantage. La suite des tomes se fera très probablement sans moi.

Publicités