le-roman-du-cafe-labiblidemomiji

Julien a 20 ans est et aveugle. Élevé par son grand-père, torréfacteur réputé de Paris, le goût et l’odorat ont été ses meilleurs alliés pour découvrir et devenir un expert en café. Ce breuvage, il en est amoureux, follement. Lorsqu’il est mis à la porte par son aïeul, il part se réfugier chez Jo, sa meilleure amie, journaliste délurée. Et qui décide de demander à Julien de lui raconter tout ce qu’il sait sur le café. C’est le début des aventures et surtout d’un voyage initiatique qui nous emmène au bout du monde mais aussi au plus profond de l’exploration de nos sens…

J’aimerais remercier l’auteur de m’avoir choisie pour lire – que dis-je – déguster ce livre.

J’aime le café. Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie selon mon amoureux. Enfant, j’aimais me lever avant tout le monde le week-end pour le préparer car l’odeur était déjà un délice pour mes narines. Autant vous dire que j’avais des attentes aussi élevées que l’altitude de récolte de certains des plus grands crus du monde. Et j’ai été ravie.

L’intrigue est certes assez simple. Un panel bien serré de personnages et un fil linéaire qui ne vacille pas, la dose équilibrée amour-amitié-aventure-bon-méchant etc. Mais qu’importe, l’histoire n’est que le prétexte à la mise en scène d’une autre plus importante, celle du riche et noble café. A travers notre passionné du divin breuvage, on apprend mille et une anecdotes formidables. Il y a une âme d’historien qui se manifeste dans ce roman, pour mon plus grand plaisir.

C’est là toute la réussite de ce livre : ici, vous ne trouverez ni un exposé morne, ni une conférence à rallonge comme nous en avons tous vécu. Je pense en particulier aux anciens et actuels étudiants en Histoire qui me lisent/me liront. Sachez que 5 années d’Histoire durant, j’ai connu ces moments ennuyants. Mais j’ai aussi et surtout connu ceux merveilleux de professeurs qui savent retenir votre attention des heures et des heures durant en mariant les faits à l’anecdote, en nous immergeant dans une époque et son ambiance. Et Pascal Marmet se situe définitivement dans cette catégorie d’orateur.

De l’origine probable du mot, « Qahwa » (utilisé par les soufi et qui signifie « qui ravit et incite à l’envol »), à ses usages, ses interdictions, les voies diplomatiques qu’il ouvre, les traditions qu’il suscite, tout, tout, tout, vous allez tout savoir sur le café. Ou presque. Vous découvrirez tantôt les légendes entourant sa découverte, vous apprendrez qu’en Turquie, une femme pouvait demander le divorce si son mari ne pouvait pas lui fournir sa dose quotidienne de café. Qu’une variété, le kopi luwak (essentiellement produit dans l’archipel indonésien), est récolté après être passé dans l’estomac du luwak, animal local…Vous serez stupéfait par l’impact qu’il a eu sur l’histoire de France, pourquoi Molière tourne en ridicule la mode des salons turcs dans le Bourgeois Gentilhomme. Et au-delà de l’histoire, c’est toute l’économie du café, ses vertus thérapeutiques, les conflits politiques, les impacts environnementaux ainsi que les mauvaises pratiques engendrées qui vous seront narrés avec justesse et sans lourdeur.

J’aimerais tout de même souligner un point (juste pour chipoter) : une chronologie, comme disait l’un de mes professeurs d’Histoire contemporaine, c’est une question de choix, de logique, elle se doit d’être concentrée et de relier tous les aspects de l’Histoire entre eux. Celle de ce livre est un peu bancale par moments. On trouve notamment à deux dates éloignées le même fait… Mais elle reste tout de même intéressante à consulter.

On finit sur une note gourmande ? Préparez-vous vraiment à un éveil de vos papilles et de votre nez, votre toucher même, à l’explosion de votre imaginaire. En vous expliquant les différentes manières de préparer le café, de le déguster (un exemple ? Le mazagran : avec de l’eau de vie), l’infinie variété des arômes et saveurs, vous voyagerez très loin. Géographiquement, de Paris au Costa Rica entre autres. Mais aussi dans l’esprit de ceux qui nous permettent de le déguster par leur travail. Et enfin, au plus riche des saveurs et des parfums. Vous apprendrez même quelques bases du jargon des experts !

Si vous aimez le café, comme moi, vous serez conquis. Vous aurez tout au long de la lecture envie de vous précipiter chez un torréfacteur pour toucher les grains, pour sentir et comparer les crus, vous épater des contrées d’où il sont issus. Vous aurez envie de goûter à tout et en ce qui me concerne, de faire encore plus attention à la provenance, au label écolo et équitable quand je le peux. Et vous voudrez vous aussi investir dans l’une de ces nombreuses cafetières à l’ancienne qui à en croire notre héros, font jaillir un nectar digne des dieux de l’Olympe ! Et si vous ne l’aimez pas, c’est un roman qui vous plaira quand même, pour peu que vous soyez curieux.

Bonne dégustation et bonne lecture !

Publicités