déboire-aburroughs-labiblidemomiji

Augusten est un jeune concepteur-rédacteur, autodidacte et talentueux, qui évolue dans la sphère publicitaire new-yorkaise. Le hic ? Il noie avec constance et largesse les cadavres de son placard, ses angoisses, son stress, bref, tout, absolument tout, dans l’alcool… Quand il manque la réunion de trop en raison d’une gueule de bois, deux options se présentent à lui : la cure ou la porte. Propulsé dans un centre de détoxification, qu’il choisit gay et espère décalé, Augusten va commencer un combat sans fin contre cette drogue et surtout contre lui-même.

Je ne connaissais pas Augusten Burroughs et ai découvert l’auteur grâce à Liz, une copine, qui au détour d’une soirée raclette a bien voulu me prêter ce livre. Merci Liz ! Je n’ai donc pas lu le tome précédent « Courir avec des ciseaux » et me suis plongée dans cette lecture comme un voyage vers l’inconnu. Et j’ai beaucoup aimé.

Augusten Burroughs aborde un thème lourd, l’alcoolisme, qu’il nous décrit à travers sa propre expérience, avec sincérité et brutalité parfois, sans jamais s’apitoyer sur lui-même. Attachant et touchant, il nous embarque dans sa vie, ses souvenirs, ses relations amoureuses, ses doutes et on suit son évolution, ses rechutes, ses remontées avec intensité. L’immersion dans ses émotions qui le tiraillent, le dialogue interne qu’il tient avec ses démons, les flashbacks viennent apporter profondeur et densité au personnage et nous aident à le cerner davantage. Derrière l’alcoolisme se cache un être qui aurait bien besoin d’une psychothérapie et qui exorcise ses traumatismes, sa peur de l’attachement, sa peur de la mort dans ce compagnon au fort degré qui ne lui veut pas que du bien. Augusten  se dévoile progressivement et on a envie de toujours le découvrir davantage, de l’accompagner. Le chemin qu’il nous fait prendre est le même que celui d’une amitié naissante : il nous intrigue d’abord par ses remarques, se confie, nous donne envie d’en savoir plus mais aussi et surtout de l’aider, une fois que toute sa fragilité se montre au grand jour.

Une lecture sombre à vue de nez que ce sobre livre vous demandez-vous ? Ce serait réducteur, très réducteur. Augusten n’offre pas dans ce livre que la mise en scène de la détresse d’un homme. Loin de là. Comme autant de couleurs variées et pétillantes, il distille beaucoup d’humour et de cynisme, d’autodérision aussi, qui vient agréablement soutenir et relancer la lecture. Augusten a un sens de la répartie et des expressions qui m’a beaucoup plu, notamment quand il s’agit de son travail, qui occupe une grande place dans sa vie. A l’agence, ceux qui l’entourent participent à l’accélération du rythme du récit, qui s’étend un peu par moments. Greer, la DA (directrice artistique) avec qui il bosse en duo, a toujours une remarque acerbe ou superficielle à lancer, mais qui nous fait souvent rire. A ses personnages clichés de la pub se cumulent des êtres issus des rencontres dans son centre, aux AA. Vifs et perturbants comme des bourrasques de vent, ils vont tous tour à tour le bousculer, le ramener sur terre, le dérouter, lui redonner l’envie de se battre.

Par ailleurs, la description de l’univers impitoyable et des rouages d’une agence de pub, de l’intérieur de la vie des campagnes réalisées sont des temps de freinage assez amusants qui permettent ensuite de mieux redémarrer sur le thème majeur de la lutte contre l’alcool de notre héros. De même, son histoire d’amour – et d’amitié – avec Pighead vient en arrière-fond, en touche légère mais persistante, envoûtante, et représente finalement la clé de voûte de sa guérison, bien plus que toutes les réunions des AA.

Augusten Burroughs offre un témoignage courageux en se livrant à nous comme à un proche. A chacun son interprétation, mais j’ai trouvé un beau message d’espoir dans cette histoire. Et je garde en tête la musique d’un ton détaché, drôle et dynamique qui vient donner à ce récit beaucoup de saveur.

Publicités