lerestaurantdelamourretrouve-labiblidemomiji

Suite à un chagrin d’amour, Rinco perd sa voix. Elle décide de retourner dans le village de sa mère, avec qui elle ne s’est pourtant jamais entendue. Là-bas, elle va ouvrir un restaurant, L’Escargot, et se découvrir un don : celui de nourrir aussi bien l’âme que le ventre de ceux qui viennent déguster les plats uniques qu’elle concocte pour chaque personne. L’art du geste culinaire est sublimé et devient une méditation lui permettant de se reconstruire…

Ce livre a laissé une forte empreinte sur moi. J’ai tellement aimé cette lecture que je ne sais pas comment exprimer en quelques mots à quel point elle m’a fait du bien, m’a émue, a captivé autant mes sens que mon esprit. Partons donc du principe que je ne vous offrirai ici qu’une mise en bouche pour vous donner envie de découvrir à votre tour ce délice littéraire. Beaucoup d’ondes positives en ressortent et j’ai ressenti un grand bien-être en le lisant. Aujourd’hui encore, rien que d’y repenser, ça me plonge dans un état zen et me donne beaucoup d’énergie paradoxalement !

Le Restaurant de l’amour retrouvé, c’est une métaphore sur le partage, le don, la méditation, la compassion, l’ouverture aux autres. La cuisine, et surtout les ingrédients qui la composent, est ici le prétexte pour diffuser ces valeurs et fait partie du processus de guérison de Rinco. Mais la beauté de ce livre réside aussi dans la description de la nature et de sa richesse. Que ce soit quand elle part cueillir des grenades, quand elle sauve un lapin qui refuse de s’alimenter, quand elle prend le temps d’apprivoiser les éléments qui l’entourent, de se poser pour réfléchir aux associations gustatives que les saisons permettent, quand elle noue des liens avec des agriculteurs locaux pour pouvoir utiliser leurs produits, Rinco prend le temps et grâce à elle, on apprend nous aussi à ralentir notre rythme pour mieux apprécier les choses.

Les saveurs et odeurs qui émergent de ce livre aiguisent l’appétit : Ogawa Ito a un vrai talent pour nous mettre dans la peau du chef qui opère en cuisine ! On découvre des recettes insoupçonnées, des mariages magiques de couleurs et de textures. On a l’impression d’entendre la lame qui coupe les herbes, la poêle qui frémit, de sentir les épices du curry s’élever, l’onctuosité de la glace que l’on bat…Comme le temps d’une prière, on accompagne Rinco dans son élaboration des menus, qui prennent toute leur originalité dans le dévouement qu’elle y met. En effet, elle tient à mener une interview avec chacun de ses clients pour comprendre leur état d’esprit, ce qui les a conduits à L’Escargot, afin de leur préparer un repas qu’elle ne resservira pas à un autre couvert (et j’aurais bien aimé être à la place de ceux qui dégustent). On a l’impression d’être ses yeux qui scrutent les réactions des clients, de ressentir l’amour qu’elle met à vouloir rendre les gens heureux. Une certaine lenteur est instaurée, d’autant plus par l’aphonie de Rinco qui pour communiquer écrit sur un bloc-notes, ce qui permet de se plonger dans une temporalité digne des moines bouddhistes, où le calme est maître.

Cela n’empêche pas Rinco d’être parfois aussi pimentée que certains de ses plats et d’avoir elle aussi des émotions : en trame de fond, son rapport à sa mère, la relation assez amusante qu’elle développe avec Hermès, le cochon de cette dernière, la redécouverte mère-fille, son introspection, viennent soutenir le récit avec délicatesse. Je vous vois venir, pourquoi appeler un cochon Hermès ? Non pas en honneur de la marque, mais pour le plaisir du jeu de mot. Je m’explique : Hermès est un cochon de la race Landrace et en japonais « mesu » désigne la femelle : l’association du L de Landrace et de « mesu » lui donne ce nom rigolo. Et Hermès va jouer un rôle très important dans la vie de Rinco et de sa mère, alors qu’on ne s’y attend pas tellement pendant la majorité du livre.

Que vous dire de plus ? De par mon caractère gourmand, mon adhésion à la très belle philosophie de vie mis à l’honneur dans ce livre, je ne peux que vous recommander de vous y plonger à votre tour. Avec un style concis et une grande douceur, ce livre chatouillera vos papilles et vos narines avec subtilité et vous en ressortirez avec un grand sentiment d’apaisement et l’envie de croquer encore plus la vie à pleines dents !

Publicités