auxfruitsdelapassion-labiblidemomiji

Dans la famille Malaussène, je demande Thérèse, la soeur. Et oui, c’est elle le personnage principal de la tribu dans ce tout dernier épisode. Qu’a-t-elle fait pour mériter ça ? Notre voyante est amoureuse ! Elle, la vestale qui lit aussi bien dans les lignes de la main que dans le marc de café s’est éprise d’un homme. Et comme personne ne fait jamais rien comme tout le monde dans cette famille, c’est à Marie-Colbert de Roberval, un énarque doublé d’un aristo qu’elle décide de donner sa main. Et pour qui elle accepte de perdre son don, une fois le mariage consommé. Benjamin sent qu’une fois encore les ennuis vont frapper à la porte du clan. On aimerait lui donner tort. On aimerait contredire son réalisme frappant…

Je poursuis ma découverte décousue de la saga Malaussène, dont j’avais déjà écrit un article sur le premier tome, Au Bonheur des Ogres. J’en ai lu plusieurs autres, avant d’ouvrir mon blog, mais comme cela fait un moment, je me contente d’écrire sur les plus récentes lectures, pour lesquelles les impressions sont les plus fraîches.

La saga Malaussène comprend plusieurs constantes agréables que j’ai retrouvé ici : ça se lit vite (ça se dévore en une seule fois plutôt !), c’est drôle, jalonné de situations désopilantes, on retrouve notre Belleville et la troupe pimentée entourant les Malaussène. Et on peut tous les parcourir dans le désordre sans se sentir perdu dans la compréhension globale des rouages familiaux et des événements passés, ce qui est franchement appréciable.

Dans ce roman, c’est donc la figure de glace, discrète et effacée de Thérèse qui occupe le rôle majeur et dont tout un nouveau pan de la personnalité se dévoile. Ce qui est plutôt déroutant car on s’était habitués à la mystique l’auréolant. Mais ce n’est pas plus mal, ça apporte un coup de fouet à ce portrait de famille qu’on commence à bien connaître et qui à force pourrait nous jouer le coup de la vieille tante radoteuse.

L’intrigue est plutôt bien tournée sans trop sortir cependant des sentiers battus. Le très étrange Marie-Colbert est au cœur d’affaires louches où la pauvre Thérèse va être mêlée et où le trouble va lui faire perdre jusqu’au bon sens que les astres lui ont conféré ! Mais je ne vous dévoile rien de plus, sinon je vais vous gâcher le plaisir.

Encore une fois, la plume de Daniel Pennac est pleine de tendresse, d’humour, le récit coule comme des belles vagues qui nous bercent et nous emportent loin de la réalité, avec parfois une plus forte qui nous réveille et ravive notre concentration.
Mais ce n’est pas le meilleur de la série. J’ai conscience qu’en raison de l’excellence des volumes précédents, mes attentes étaient en conséquence très élevées. J’y ai trouvé moins d’inspiration que dans les précédents. Si je veux faire dans la métaphore poétique (rien à voir avec le sujet, mais c’est pas grave), quand on est habitué à de délicieux alexandrins, on est légèrement surpris et on se délecte moins de décasyllabes, même s’ils sont très bons.

Ca reste une lecture digne de ces fameuses retrouvailles en famille qui apportent leur lot de nouvelles, de rires et de « ça n’a pas changé décidément ». Que vous soyez déjà connaisseur des Malaussène ou pas, Aux fruits de la passion se parcoure avec plaisir et légèreté, comme une mangue bien juteuse en cette belle saison !

Publicités