letaoducheval-labiblidemomiji

Linda Kohanov, monitrice d’équitation et coach équin, a plus d’une corde à son arc. C’est également une auteure et la fondatrice d’Eponaquest. Après un long cheminement, elle a décidé d’écrire sur son approche de la thérapie assistée par les chevaux, son expérience avec ces êtres sensibles pour témoigner de leur extraordinaire capacité à nous ancrer dans la beauté de ce qui nous entoure, à écouter notre coeur et à nous épanouir, dans l’instant présent. Le cheval, fin observateur et analyste, nous permet de renouer avec nos émotions et nos ressentis…

Bien plus qu’un ouvrage pour les amateurs d’équitation, Le Tao du Cheval est à la croisée de l’autobiographie, de la philosophie de vie, de l’art équestre, des neurosciences et de la psychothérapie, qui saura intéresser tant les passionnés de ce sport que de développement personnel. Il a pour fil conducteur le vécu de l’auteure et de celui des personnes venant la consulter pour tenter de résoudre des troubles, des questionnements ou d’apaiser des traumatismes, entre autres, avec l’aide de ces compagnons à quatre pattes. Reconnue internationalement pour son travail, L.Kohanov innove ici de par sa vision, qui ne se veut ni une science exacte, ni une leçon de morale. En partageant avec nous son parcours, l’auteure nous apporte un regard neuf sur le monde et ouvre avec bienveillance  les portes de connaissances parfois insoupçonnées.

Je ne connaissais que très peu de choses sur les chevaux avant d’entamer cette lecture. Je n’ai jamais eu l’opportunité de pratiquer le noble art de l’équitation et mes seuls souvenirs de chevauchée remonte à ma classe de poney de CE1. C’est dire ! Et pourtant, ces fiers destriers m’ont toujours attirée, eux qui sont des symboles de liberté, de retour à l’état naturel du monde. Et je pensais que ce livre me permettrait d’en apprendre davantage sur eux. Ce qui est le cas. Mais ce à quoi je ne m’attendais pas forcément, c’est qu’il nous en apprend beaucoup sur nous, humanité, et sur nous, en tant qu’individu. On ne ressort pas indifférent de cette lecture : elle élargit notre horizon, nous aide à mieux nous connaître et bouleverse nos conceptions normées. Bien que déjà très ouverte sur les médecines alternatives et tout à fait consciente du rôle que les animaux peuvent avoir sur la guérison et notre bien-être, j’ai été émue et marquée par les récits de vie relatés par l’auteure.

Depuis des  millénaires, les chevaux ont accompagné les Hommes dans leur quotidien. Et pas simplement comme moyen de transport ou d’extension de nos terres exploitées. En nous livrant les clés d’une meilleure relation avec eux, en nous rappelant l’histoire imbriquée de nos espèces, les mythologies les entourant, Linda Kohanov dresse une portrait poétique et plein de magie des chevaux. Au-delà de cet aspect, elle nous apprend à être authentique avec nos ressentis. L’un des arguments majeurs qui ressort à plusieurs reprises des vécus retracés est que les chevaux sentent mieux que nous les humeurs qui nous traversent : si vous êtes en colère et que nous arrivez près de l’un d’eux en prétendant être joyeux, vous n’arriverez à rien avec l’animal, qui se méfiera de vous, hypocrite envers vos propres résonances. Les chevaux avec lesquels l’auteure travaille sont issus de milieux divers : parfois recueilli jeunes et innocents, parfois sauvages, martyrisés dans le passé. L.Kohanov apprend déjà à les canaliser pour ensuite les mettre en lien avec d’autres potentiels cavaliers. Et lors de cette phase, elle en apprend au moins autant sur elle et ses propres cicatrices.

Je préfère néanmoins vous mettre en garde : bien que l’auteure s’en défende, l’ouvrage dégage un certain mysticisme, un côté un peu New Age par moments. L.Kohanov explique notamment être rentrée à plusieurs reprises en rêve ou dans un état de conscience altérée, en contact avec l’esprit du Cheval, elle témoigne d’expériences pouvant conférer une dimension presque chamanique à la lecture. Cela ne me choque pas le moins du monde, au contraire, je ne suis pas du tout sceptique face à ce genre de phénomènes, bien que n’en ayant pas expérimenté moi-même, cela m’intéresse beaucoup. Mais pour des esprits très rationnels et terre à terre, cela peut constituer un frein. L’auteure ne se cache pas d’avoir des détracteurs qui critiquent ses théories, ses formations, sa vision des choses. Elle a conscience de ne pas être toujours crue ni toujours bien perçue. Toujours est-il que cela est aussi en partie dû au fait qu’elle remet en cause les mauvais traitements pratiqués par certaines écoles, l’acharnement à pousser à bout des animaux pour les courses et les compétitions. En filigrane du récit, elle dénonce de nombreuses dérives et défaillances de ce milieu, qui affectent autant les montures que les cavaliers.

Pour ma part, j’ai adoré ce livre. J’ai dévoré les 441 pages en l’espace d’un week-end et j’avais hâte de vous en parler !
Avec douceur, sérénité et à l’appui de recherches documentées, Linda Kohanov a rédigé un ouvrage formidable qui nous emmène en balade dans l’univers de cet animal extraordinaire, tout en délivrant son message qui vient nous accompagner tout au long des pages et qui laisse une empreinte sur nous. Elle met en place une trame structurée qui sert intelligemment le propos initial de son livre, qui défend un monde basé sur la coopération, le respect et la douceur, en l’agrémentant d’anecdotes, de pauses qui maintiennent notre attention. Car il est vrai que par moments, certains passages sont pointus et nécessitent des connaissances appuyées en anatomie et en psychologie. Mais elle rend ses explications suffisamment claires pour que l’on ne se sente pas perdu et laissé au bord de la route. Fluide comme un torrent de montagne, et rafraîchissant comme ses eaux, on en ressort étonné et zen, avec le sentiment qu’il est bon de croire en ses aspirations, de faire confiance à la voix intérieure qui nous fait exprimer notre force et notre créativité.

Publicités