contes-zen-labiblidemomiji

La pensée Zen a accompagné depuis des temps lointains de nombreux êtres vers la sagesse, vers une vision plus apaisée du monde. Ce que l’on connaît moins, c’est l’humour et la malice qui composent cette philosophie et par lesquels son enseignement passe. Henri Brunel a réécrit des contes faisant partie du patrimoine de cette pensée et au-delà, de ce mode de vie, pour nous les rendre compréhensibles. Des récits courts qui se lisent en un rien de temps mais qui paradoxalement résonnent longtemps en nous après avoir refermé l’ouvrage…

La lecture est une passion, une source d’énergie et d’épanouissement pour moi. Elle est également une pause, une entrée dans une temporalité différente à chaque fois. Celle des Contes zen d’Henri Brunel a été tout à la fois aussi vivifiante qu’un vent frais de montagne que réconfortante comme une tasse de Chaï tea venant réchauffer l’esprit et le corps. Pouvant se lire en un bloc comme se déguster comme une boîte de chocolats, un à la fois (pour les plus raisonnables), chacun d’eux a une tonalité différente, une saveur unique. Et pourtant, tous laissent sur une même envie : savourer la vie et apprécier chaque instant, à l’endroit où l’on se trouve. Même les histoires les plus tristes réussissent à transmettre une note positive, ce qui insuffle beaucoup d’apaisement et nous laisse sur une touche pleine de douceur, et surtout, avec le sourire. Animaux, moines, empereurs, courtisanes, paysans : des êtres variés deviennent les acteurs des enseignements du Zen, chacun apportant un angle différent.

Je vous disais que l’auteur les a réécrits et il l’a bien fait : il n’est pas forcément aisé de transmettre une pensée dont certains des fondements puisent leurs racines dans des cultures très éloignées de nos conceptions occidentales. Non seulement les récits sont agréables à la lecture, mais Henri Brunel n’hésite jamais à venir ajouter un petit complément pour venir souligner un point essentiel du conte, élargir la réflexion, voire nous laisser sur une nouvelle lancée pour à notre tour prolonger l’enseignement. Par ailleurs, des notes récapitulatives en fin de récit viendront éclairer les lanternes de celles et ceux qui ne sont pas du tout initiés aux cultures du Zen et plus largement à l’Asie. Mais sans tomber dans l’énumération décourageante.

Un petit ouvrage qui se parcourt vite et qui fait du bien. Il ne fera pas de vous un disciple accompli mais vous mettra peut-être sur la voie ! A mettre dans votre PAL pour un moment de détente et de retrouvailles avec vous-même.

Publicités