etpuis-labiblidemomiji

 

Dans le Japon en pleine mutation du début du XXe siècle, où le paysage traditionnel se mêle à l’importation culturelle et économique de l’Occident, Daisuké est un jeune trentenaire oisif, entretenu par sa riche famille tokyoïte. Celle-ci s’évertue à essayer de marier cet être retranché, qui ne trouve de satisfaction que dans l’inaction, l’esthétisme, la théorie plutôt que l’action. Une chemin de vie qui va être bouleversé quand il va tomber amoureux de la seule femme pour laquelle la société ne lui permet pas d’avoir de sentiments…

Natsume Sôseki dresse dans chacun de ses romans le portrait de la société dans laquelle il vit et usant d’un regard affûté, prend le prétexte de la fiction pour dresser des parallèles percutant avec l’évolution de son Japon. Plein de compassion pour ses compatriotes tiraillés par tous les changements sociologiques et moraux que l’ouverture au monde occidental engendrent, cet intellectuel de l’ère Meiji  met sa plume et ses connaissances au service de la rédaction d’ouvrages qui traversent le temps et dont les questionnements semblent toujours d’actualité. Avec un sens aigu et poétique de la description, Et puis nous emmène dans un récit posé mais paradoxalement haletant.

Au travers du cheminement de Daisuké, ce roman est une interrogation sur la perspicacité – voire le cynisme -, les regrets puis la résignation que l’entrée définitive dans l’âge adulte signent. Ce jeune homme fait subventionner son train de vie par sa famille car il a décidé que travailler pour gagner sa vie est plutôt vil et que tant qu’il peut s’en passer, il en profite. Un personnage qui se veut raffiné et qui est somme toute assez peu aimable au début du récit, j’en conviens. Néanmoins, au fur et à mesure que le tissu de ses relations sociales nous est dévoilé, qu’on le suit dans ses interrogations, ses affres psychologiques, il prend une dimension plus subtile qui le rend intriguant. Car l’amour va venir par frapper son cœur et malheureusement, Cupidon n’a pas lâché ses flèches là où il aurait fallu. Figurez-vous que notre ami va réaliser qu’il est amoureux de la femme de son meilleur ami, pour qui il a joué les entremetteurs trois ans auparavant. Rien que ça  ! Bon malheureusement, vous additionnez cette situation embarrassante aux codifications de l’époque et vous comprenez que ça va barder. Surtout que les sentiments sont réciproques.

La magie de ce récit, c’est que le déroulement de l’intrigue va crescendo. Ce n’est finalement qu’assez tard que l’action prend un tournant décisif, mais pour autant, la lecture n’est marquée par aucune longueur. La fluidité des mots et le déroulé de la pensée de Daisuké nous embarquent dans une réflexion esthétique sur le monde et moi qui valorise plus les intellectuels que les « fonctionnels » dirons-nous, je me suis par moments sentie en accord avec certains traits et piques que notre héros peut exprimer auprès de ceux qui l’asticotent. Car oui, il n’a pas que des amis et même parmi eux, les finances peuvent venir modifier les relations.  Quand on bénéficie d’une rente qui permet d’avoir le loisir de cultiver son cerveau plutôt que d’avoir besoin de remplir son compte en banque, ce n’est pas facile à tolérer pour beaucoup de personnes. Mais cette aisance et cette facilité de premier abord se révèlent plus complexes quand on rentre en coulisses : l’argent est un vecteur de pouvoir et le père de Daisuké sait en user pour tenter de lui faire accepter les unions arrangées qu’il concoctent en vain. Hiraoka, meilleur ami de Daisuke, revient à Tokyô endetté et au chômage, contraint de lui demander un prêt. Un prêt qui va le rendre haineux et diminué, entraîné dans une spirale infernale, cependant que Daisuké offre en douce de l’argent à son épouse, qu’il aime secrètement. Les jeux de pouvoir sont présents tout au long du livre et dressent peu à peu le piège dans lequel tous les personnages tombent chacun à leur tour. Mais ce livre est aussi l’occasion de se pencher sur  l’évolution des rapports père-fils. A l’honneur et au patriotisme, au respect des ancêtres de son paternel, Daisuke préfère l’hédonisme, l’accomplissement personnel. Un vrai individualiste dans un pays marqué par la notion de l’intérêt du groupe, plus encore à l’époque qu’aujourd’hui.

Digne d’une tragédie grecque – Natusme Sôseki étant nourri par les oeuvres occidentales, il ne faut pas s’en étonner – Et puis, nous fait passer progressivement d’une agréable brise d’été à un ouragan émotionnel détruisant tout sur son passage. Renoncements, choix et responsabilités sonnent aux oreilles de notre héros comme autant de coups de canons au fur et à mesure qu’il avance vers le destin qu’il se choisit. Un roman poignant avec une écriture poétique, calme et puissante que je vous recommande chaudement.

 

Publicités