lesdeuxpaysagesdelempereur-labiblidemomiji

 

Dans la Chine du VIIIème siècle, la princesse Lan est nostalgique de sa région natale, le Sichuan. Son mari l’empereur souhaite apaiser son coeur et décide de demander à deux célèbres peintres de lui fournir chacun une fresque représentant les paysages de sa région tant aimée, aussi connue sous le nom de pays des nuages. Maître Li le méticuleux et maître Wu le spontané ont trois mois pour honorer cette commande. Vont-ils y arriver ?

Ce merveilleux album est une ode à l’art, à l’amour et à la beauté. En s’inspirant de deux figures qui ont réellement existées, celles des deux deux peintres Li et Wu, les auteurs ont composé un ouvrage empreint de douceur et faisant appel à notre imagination. En jouant sur le pouvoir de l’évocation, ils nous invitent à éveiller notre propre sensibilité et nous immergent dans un univers magique où chacun pourra interpréter avec son regard unique les pages parcourues.

J’ai vraiment eu un coup de cœur pour ce livre tant pour le fond que pour la forme. Côté objet, on a affaire à un assez grand format, qui n’est pas cependant pas imposant. Une tenue facile en main permet de plonger le nez dedans avec délice. Et une fois que l’on commence à le feuilleter, on n’en sort plus : les dessins sont sublimes, magnifiquement colorés, soignés et très délicats. Il s’en dégage un effet parfois vaporeux, comme si l’on était dans un songe, et qui établit une belle résonance avec le nom de la princesse : Lan signifie « Brume de montagne ». Au fil des pages, on passe du palais aux paysages variés du Sichuan, on gambade gaiement et cette balade m’a enchantée.

Sur le fond, l’histoire est en elle-même belle et touchante. Mais ce qui est encore plus appréciable est que le récit est ici le prétexte non seulement à la mise en scène de plusieurs messages mais aussi à une ouverture culturelle. En filigrane du texte se dresse la quête et la vision de la beauté, qui est propre à tout un chacun et revêt des formes variées. Maître Li va s’enfermer pendant 3 mois dans le palais pour rester concentré sur cette peinture tandis que Maître Wu va partir s’imprégner de l’atmosphère du Sichuan avant de peindre en 3 jours sa fresque, une fois les fragrances et paysages ancrés dans son esprit. Un doux message sur la notion très personnelle de la perfection vers laquelle chacun tend différemment. A la fin de l’histoire, quatre pages nous proposent de partir à la découverte de la géographie, de l’écriture et du noble art de la peinture en Chine. De quoi prolonger agréablement le voyage et nourrir la réflexion … Et petit plus qui ne gâche rien : une image panoramique d’un mètre de large accompagne l’album pour nous laisser sur une atmosphère onirique.

C’est la première fois que je parle d’un livre des éditions HongFei, que je vous invite à découvrir, car en plus de la qualité de leurs ouvrages, leur ligne éditoriale m’a tout de suite énormément plu !

Publicités