LEMYSTEREDUHARENGSAUR-labiblidemomiji

Alors qu’une guerre fratricide est sur le point d’exploser entre le Roman Grivois et la Littérature Féminine, Thursday Next a disparu. Elle doit pourtant participer aux pourparlers de paix pour ramener le calme dans le Monde des Livres. Sans elle, l’opération est vouée à l’échec. Dans le même temps, son incompétente double de fiction est dépêchée par le commandant Hering sur l’île de la Fiction, pour résoudre le mystère d’un livre échoué, Meurtres sur le Hareng Saur. Banal accident ? Sabotage ? Les deux affaires semblent liées, trop liées. C’est toujours comme ça que les ennuis commencent pour les Thursday…Poursuivie par les Hommes en Plaid au service du Conseil des Genres, mise à rude épreuve par les personnages de son roman et par Pickwick le dodo, elle va devoir être sur tous les fronts et retrouver la détective qu’elle admire tant. Heureusement que Sprockett le majordome robot est là pour la soutenir…

Ça faisait un moment que je n’avais pas pu continuer la série des Thursday Next et j’avais oublié à quel point Jasper Fforde bouillonne d’imagination et d’ingéniosité. Chaque page du récit fait appel à des références littéraires, culturelles, populaires qui stimulent le lecteur et font marcher ses neurones. Lire les aventures de notre détective littéraire préférée n’est pas de tout repos et on n’a pas le temps de s’ennuyer ! Si quelques gags sont parfois un peu loupés, on retrouve dans l’ensemble la plume qui nous a réjouit jusque là. Les extraits en tête de chaque nouveau chapitre, issus du « Guide Bradshaw du Monde des Livres » sont ainsi débordant d’idées géniales : on en vient à se demander où il va chercher tout ça !

J’avais un peu peur en commençant ce volume : comment ? Je n’allais pas retrouver la vraie Thursday, qui bataille à tout va, fait 50 choses à la fois sans se laisser abattre ? A la place on allait être concentré sur son double écrit, ancienne recrue de la Jurisfiction recalée, pas très dégourdie, plus édulcorée que la réelle ? Je n’étais pas très rassurée. Et bien au final, une fois de plus, l’auteur a réussi à me bluffer. Tout en gardant l’essence de cet univers mariant trame politico-psychologique et réflexions sur les livres de manière général, il insère ici du changement dont le plus important est la Refonte du Monde des Livres : chaque genre a désormais son île ! (Une carte hilarante en début de livre vous met d’ailleurs dans l’ambiance pour aborder la lecture). La complexité de l’écriture est ici densifiée avec l’intégration de considérations sur la création de la série des Thursday Next au travers du regard des personnages, mise en abîme supplémentaire qui m’a fait bien rire.

Si l’intrigue en elle-même n’est pas si développée que cela, le don de Jasper Fforde est de créer des histoires dans l’histoire, de nous embarquer dans des digressions diverses et mariées qui nous font vivre à un rythme fou la lecture, sans jamais pourtant nous égarer. Au-delà de la résolution d’une affaire, ce volume est l’occasion d’en apprendre plus sur le Monde des Livres, le Conseil des Genres, la psychologie des personnages (les réels et leur double de roman : vous me suivez toujours là ?)…C’est complètement déjanté, ça part dans tous les sens, mais c’est formidablement écrit, plein d’humour et le désordre volontairement mis en place de cette histoire sans queue ni tête apparente est extrêmement bien construit. On s’attache à la Thursday de fiction, qui n’arrive pas à avoir beaucoup de lecteurs depuis qu’on a fait d’elle une version plus calme que la précédente (et que les ouvrages sont souvent épuisés). C’est d’ailleurs bien parce qu’elle est peu sollicitée sur les volumes de la série qu’on fait d’elle une investigatrice qui va au final se révéler être beaucoup plus maline que la buse qu’on imaginait. Et on prend plaisir à découvrir les doubles écrits des personnages secondaires qui sont hilarants, le dodo Pickwick en particulier, avec son caractère capricieux et égoïste à souhait !

Alors oui, par rapport à ces prédécesseurs, Le mystère du hareng saur est moins bon,  mais la barre était placée très haut, il faut en convenir. Ça reste néanmoins une lecture très réjouissante, dont on ressort avec le sourire et de l’énergie. L’aspect décousu et délayé pourra un peu décevoir certains amateurs de la série. J’ai de mon côté trouvé que ça permettait de lui apporter un nouveau souffle et j’ai replongé avec joie dans cet univers loufoque. Jasper Fforde est définitivement un génie des mots et son imagination débordante un délice pour le lecteur.

Publicités