1429290594601464449442

Alors comme ça, sa famille préfère fêter Halloweeen plutôt que son anniversaire ? Les égoïstes ! Comme si c’était sa faute à lui, pauvre Tuffy, s’il est né une 31 octobre et vient de l’apprendre. Qu’importe, il va s’occuper lui-même de sa soirée. Et on s’en souviendra, parole de chat !

Comme je vous le disais hier dans Le chat assassin, le retour, j’ai pu dévorer ces deux histoires d’un coup au parc Mont-Royal, en assumant complètement mes éclats de rire soudain et intempestifs (je suis restée une grande enfant).

Notre cher Tuffy apprend au détour d’un album feuilleté par sa jeune maîtresse qu’il est donc né la veille de la Toussaint. Et comme il aime être le centre de l’attention, il se vexe comme un pou quand il comprend qu’Ellie préfère inviter ses copains pour mettre d’affreux costumes et manger des bonbons. Evidemment, il va se venger (ça leur apprendra).

Soyons sérieux deux secondes : depuis le temps que je vous parle des histoires de Tuffy, je pense que vous aurez compris que ça rime avec catastrophe et surtout vaudeville. Ajoutez à cela une bande de chats qui débordent d’idées et de victuailles chapardées pour animer la fête, des chevaux qui n’ont rien demandé qu’on va perturber dans leur sommeil et un gang de chiens bien décidés à en découdre avec les arrogants félins du quartier (il faut croire qu’à force de se moquer d’eux, ça allait arriver), une course poursuite dans la maison d’Ellie, vous mélangez tout ça et vous obtenez un cocktail très rock’n’roll.

Une fois de plus, Anne Fine marie une plume délicieusement humoristique à un sens extraordinaire de la narration. La vivacité du texte et les illustrations contribuent à rehausser encore plus la tonalité du récit et nous permettent de plonger encore plus dans l’univers complètement fou de Tuffy. On pourrait avoir envie d’étriper ce chenapan beaucoup plus maladroit que malintentionné, qui par ailleurs est doté d’un certain sens de l’autodérision. Mais en fin de compte, on a surtout hâte de lire ses prochaines aventures, qui nous font bien rire, encore plus si comme moi vous êtes en adoration devant les chats.

Publicités