1429240933199-761480875

Une semaine avec la maison rien que pour lui pendant que sa famille part en vacances : Tuffy n’en rêvait pas tant ! Enfin, jusqu’à ce qu’il comprenne que le pasteur va le garder. Cet homme cruel qui refuse de lui donner une nouvelle boîte tant qu’il laisse dans sa gamelle des restes de la veille. Non, non, il va devoir se débrouiller pour survivre. Et se venger. Et s’amuser un peu quand même. Rira bien qui rira le dernier dites-vous ?

En ce moment, je vais en moyenne une à deux fois par semaine à la bibliothèque me ravitailler en livres, surtout jeunesse. Je n’arrive même pas à savoir comment je fais pour prendre le temps de lire autant avec tout ce qu’on fait ici ! Mais la proximité d’un tel paradis pour les livriovores contribuent à augmenter mon appétit. Tout ça pour vous dire que quand  je suis tombée sur ce volume et celui de L’anniversaire du chat assassin, j’ai bondi dessus comme Tuffy pourrait le faire pour attraper une souris. Sauf que moi, je réussis à toucher la cible hihi (je suis fière de ma blague).

Vous avez bien cerné mon intérêt pour cette série, qui décidément ne faiblit pas car chaque volume permet à l’auteur de nous faire plonger dans un aspect de la personnalité de Tuffy et de nous faire découvrir un pan différent de son environnement (voisins, copains, quartier…). Peu à peu, on a l’impression de nous retrouver vraiment dans sa fourrure et cela contribue à en faire un de mes chouchous !

Ici, la gourmandise (voire la goinfrerie) de notre chat bien aimé va lui jouer de très mauvais tours et pour une fois, pas au moment où il le pensera ! Alors certes, passer des mains d’un pasteur ascète à celle de Mélanie, la copine d’Ellie, qui semble penser que ce chat ressemblant étrangement à Tuffy et propulsé miraculeusement dans sa chambre (c’est une longue histoire) a besoin de 3 repas par jour composés de thon et de crème, ça va lui faire vivre une petite semaine hautement satisfaisante. Tout comme l’enfer qu’il fait vivre à son chat-sitter initial, qui doit subir les concerts nocturnes qu’il organise avec ses copains de quartier… Les costumes dont elle va l’affubler beaucoup moins. Dois-je mentionner que les moqueries des copains sur son poids et ses tenues vont être de trop et une fois de plus semer la catastrophe, pour notre plus grande hilarité ?

Heureusement, même loin des yeux, Tuffy n’est jamais loin du coeur de sa famille, enfin, de celui d’Ellie, sa jeune maîtresse qui pardonne tout à ce gros matou. Un peu comme nous, je dois bien l’avouer.

Rires, humour de l’histoire comme des illustrations sont encore une fois au rendez-vous. A demain pour savoir ce qu’il se passe quand Tuffy souffle ses bougies…

Publicités