Gipsy-labiblidemomiji

Gipsy : tel est le nom donné à cette jolie pie orpheline et blessée, recueillie par Manu, enfant nomade qui voyage tout au long de l’année sur les routes, de villages en villages, dans la roulotte de ses parents. Avec ce jeune garçon et sa famille, Gipsy déambule au gré des vents et découvre le monde avec émerveillement… 

Gipsy, qu’on croit pouvoir caresser du bout des doigts tant son plumage et les couleurs de son habit nous paraissent réaliste. Gipsy, dont le regard malicieux crée instantanément une complicité avec le lecteur et nous y attache…

Dans ce très bel album où l’expressivité des traits est proprement fascinante, nous suivons l’histoire narrée par cette petite pie tombée du nid et qui va trouver un nouveau foyer qui va l’accepter pleinement telle qu’elle est et lui enseigner les belles et essentielles valeurs de la vie que sont l’amour et la liberté.

Gipsy nous raconte son histoire et nous entraîne dès la première planche dans le sillage de son cri de faible petit oiseau, au plumage ébouriffé, qui avec sa tête inclinée et son regard curieux et innocent planté dans celui doté des mêmes vertus de Manu ferait fondre tous les cœurs. A partir de ce moment, impossible de ne pas se prêter au jeu : on vole et vogue avec Gipsy et avec elle, on découvre le monde, avec elle, on est ébloui par la mer et l’immense ciel bleu qui l’entoure, avec elle on revit la magie mais aussi l’inquiétude face à la première neige blanche…

Mais Gipsy, c’est aussi la métaphore filée de la vie sur les routes, avec les joies et les contraintes qu’elle impliquent : nouveaux paysages, nouveaux amis, mais aussi perte de repères, difficulté de l’attachement et bien sûr, la méfiance que suscite le mode de vie nomade…Gipsy doit faire face au courroux des autres oiseaux qui craignent qu’elle vole leur nid, leurs biens… La pie a la réputation d’être voleuse…Mais il en faut plus pour atteindre Gipsy, qui n’a pas besoin de possessions matérielles et va nous faire découvrir le trésor qu’elle possède, le plus précieux en réalité.

Il se dégage de cet album poétique et profondément touchant une grande beauté, tant au niveau des illustrations qui envoûtent le regard mais aussi de ses beaux messages. Au milieu de cette fragrance joyeuse et aérienne vient également s’imbriquer un léger parfum de tristesse et de mélancolie, un sentiment étrange et difficilement définissable, que l’on pourrait ressentir à la fin de vacances. Pour ma part, nous étions spécialistes du sauvetage d’oisillons égarés dans ma famille et je me rappelle avec émotion et un pincement au cœur du moment lumineux mais aussi douloureux où l’on laisse l’oiseau reprendre son envol, en espérant qu’il ne nous oubliera pas…Doux souvenirs…

Gipsy la vagabonde, curieuse et malicieuse, c’est surtout la promesse d’un voyage où la palette du monde et les nuances infinies de ses couleurs radieuses viennent éblouir nos âmes. Une belle ode à la liberté et une tendre philosophie de vie qui nous ramène avec délicatesse à l’essentiel.

Publicités