les mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen

Tous les ans, dans la grande église de Kerimäki en Finlande, un séminaire regroupant 500 futurs anges gardiens a lieu. En une semaine, l’ange Gabriel et ses assistants doivent les former à la noble tâche de protection des mortels. Plein de bonne volonté mais maladroit au possible, Ariel Auvinen va leur donner bien du fil à retordre et encore plus à ceux qu’il est censé protéger…

Lu dans le cadre de mon club de lecture, qui avait comme thème l’auteur Arto Paasilinna le mois dernier, j’ai été attirée par cet ouvrage tant en raison du titre que de la présentation qui en était faite : une promesse de rire et de divertissement. Si j’ai passé un bon moment de lecture, je n’ai pas été complètement conquise non plus !

Le début est très prometteur : l’organisation et l’histoire de la confrérie des anges gardiens, le descriptif de la formation, les missions comme les enjeux sont drôles à lire et plutôt bien pensés. Le personnage d’Ariel Auvinen est bien introduit et on s’y attache rapidement, d’autant plus que ses débuts donnent le ton et laisse présager d’un récit hauts en couleurs. Il faut croire que pour son premier essai, il réussit à mettre en tête à une vieille et respectueuse dame l’envie d’aller s’enfiler quelques verres au bar au lieu de l’inciter à aller prier à l’église…Mais zélé comme il est, ses supérieurs sont persuadés qu’il va s’en sortir et lui confie un mortel sans problème, Aaro Korhonen. Homme bien sous tous rapports, calme et posé, qui fait son bout de chemin. Mais l’arrivée d’Ariel dans sa vie va tout chambouler !

Sans rentrer dans trop de détails, il va devoir se débarrasser d’une femme qu’Ariel a rendu amoureuse de lui, convaincre la police qu’il n’est pas coupable de blanchiment d’argent quand une somme folle atterri sans raison sur son compte en banque, affronter plusieurs traumatismes crâniens provoqués par l’ingérence de son ami qui lui veut du bien, un incendie et bien d’autres choses encore. Bien sûr, ces échecs vont mettre à mal Ariel et remettre en cause sa vocation : il faut dire que ses exploits ont su retenir l’attention des forces démoniaques qui sont admiratives de sa capacité à semer le chaos… Mais un ange ne se laisse pas abattre facilement et on peut compter sur Ariel pour rebondir et laisser tout son potentiel s’exprimer au service du Bien !

Le concept a donc en effet tout pour plaire et je retiens que c’est un moment de lecture détente qui fait du bien. J’ai particulièrement aimé l’idée du séminaire de formation des anges gardiens et le fait que chacun des personnages a une vraie personnalité, ce qui donne une belle teneur au récit. Mais j’ai ressenti un essoufflement, notamment parce que passé la première moitié du livre, j’ai trouvé que l’intrigue traînait en longueur que certains passages n’apportaient pas grand-chose. Bon rebondissement vers la fin tout de même qui a su raviver mon attention !

En somme, ce n’est pas une lecture inoubliable. Mais elle fait partie de ces lectures légères qui font plaisir, se parcourent sans efforts et donnent le sourire, comme une chouette comédie au cinéma. Et ma séance au club m’a donné envie de parcourir davantage l’oeuvre d’Arto Paasilinna !

Avez-vous des recommandations ?

Publicités