yamabuki-labiblidemomiji

Depuis 56 ans, Aïko partage la vie de Toda qu’elle a accepté d’épouser dès leur premier rendez-vous. Au gré des jours du tsuyu (période de pluie au Japon qui dure un mois aux alentours de la mi-juin), elle se remémore ces douces années passées ensemble avec son samouraï des temps modernes et se rappelle aussi son premier mariage.

J’avais déjà pu parcourir Mitsuba d’Aki Shimazaki et j’avais hâte de pouvoir à nouveau me plonger dans un de ces récits. Une fois n’est pas coutume, je fais les choses dans le désordre puis qu’en lisant Yamabuki, j’ai commencé par la dernière histoire de sa pentalogie Au coeur du Yamato. Mais chaque roman de ce cycle romanesque se focalisant sur un personnage, je pense que cela n’handicapera pas le parcours des prochains. Car j’ai tellement aimé cette lecture que je veux m’immerger dans les 4 autres histoires qui composent cette série le plus vite possible !

J’ai retrouvé dans ce récit la plume délicate et légère d’Aki Shimazaki. Avec une douceur infinie, elle nous emmène dans l’intimité de ses personnages, nous fait revivre leurs émotions, leurs souvenirs et leurs interrogations. Ici, Aïko retrace la vie partagée avec Toda dans le Japon d’après-guerre, leur première rencontre et l’émoi qu’il suscite. Mais elle dévoile aussi son premier mariage raté et toute la symbolique que la fleur de yamabuki (corète du Japon) a dans sa vie. Tout en poésie, ses réflexions et son cheminement, le récit de ses rêves, de ses espoirs, de ses déceptions nous est livré avec une grâce et une fluidité apaisantes.

Court roman, Yamabuki porte également en lui tout une réflexion sur l’amour, sur le couple dans une société où le miaï (rencontre arrangée) était courant. Le parallèle avec sa petite-nièce qui n’arrive pas à trouver l’homme qui lui conviendra et s’interroge sur ce qui rend leur couple si solide vient prolonger les questionnements d’Aïko. Mais ce récit est aussi un hymne à la beauté des choses et de ces détails qui comptent tant. Une balade dans un jardin public pour admirer les hortensias, le bruit de la pluie, le souvenir des cours de cérémonie du thé, la récitation d’un waka…

Promenade dans le temps et l’espace, Yamabuki est une histoire belle et touchante qui met en scène l’amour dans sa simplicité et son évidence la plus absolue sous la plume poétique d’Aki Shimazaki, dont les personnages attachants savent nous intriguer dès les premières pages. Un premier roman qui donne clairement envie de parcourir tout le cycle Au coeur du Yamato.

Publicités